”Initiative 163" – Intervention de M. VIRET dans la TdG

newspaper-1712521_1280.png

Chers Bellevistes,


Votre comité a le plaisir de vous faire part de l'intervention de M. Jean-Daniel VIRET, ancien magistrat de la commune et candidat au conseil municipal pour la législature 2020-2025, dans un article paru aujourd'hui dans la Tribune de Genève.

 

Votre comité.

 

 

Article du 06-11-2019 :

 

Initiative 163 : oui ou noN ?

 
 

 

Pourquoi voter oui à l’initiative 163 «Pour un pilotage démocratique de l’aéroport»? En premier lieu, parce que les 62 communes riveraines de l’aéroport (ATCR-AIG) n’ont pas vraiment été entendues par la Confédération lors de la consultation populaire du projet de fiche du Plan sectoriel de l’infrastructure aéronautique (PSIA) 2016-2018. D’ailleurs, elles n’ont jamais reçu de réponses personnalisées à leurs questions et remarques.

 

C’est par la presse, le 14 novembre 2018, qu’elles ont appris que la Confédération avait accepté cette fiche PSIA. Ce déni démocratique prouve, si c’est nécessaire, que la Confédération ignore les riverains et que ceux-ci n’ont pas voix au chapitre. Le développement de l’aéroport ne peut plus se réaliser sans vraie concertation des collectivités locales. L’initiative pour un pilotage démocratique de l’aéroport est une réponse à cette attente. La population riveraine a droit à huit heures de sommeil. La loi oblige les cantons à poser des revêtements phonoabsorbants partout sur les routes traversant les localités. Il n’y a pas de phonoabsorbant pour les avions. Seul un pilotage démocratique de l’aéroport pourrait obliger ce dernier à fermer à 22 h et permettre ainsi aux habitants d’avoir un sommeil réparateur.

 

Le PSIA tolère étonnamment une augmentation de la pollution avec dépassement des valeurs limites autour de l’aéroport et sous les avions ces prochaines années, au mépris des habitants. Les communes ont dû insister lourdement pour que le Canton étudie l’installation d’unités de mesure de la qualité de l’air (PM 10-2,5, oxydes d’azote, hydrocarbures…) sur les communes proches de l’aéroport. Il n’y en avait pas (Champs-Fréchets, à Meyrin, est loin du site). Seul un pilotage démocratique de l’aéroport pourrait vraiment nous rassurer sur la qualité de l’air que nous respirons autour des installations aéroportuaires.

 

La consultation populaire en cours actuellement (pas ce vote sur l’IN 163) concerne les nouvelles courbes de bruit 2019. Comme de nombreux petits propriétaires l’auront noté, leurs propriétés absorbées dans l’élargissement des zones de bruit 2019 ne seront plus constructibles pour des logements. À la question de définir qui va indemniser ces petits propriétaires, le directeur de Genève Aéroport répond que ceux-ci devraient consulter un avocat. Seul un pilotage démocratique de l’aéroport est susceptible d’augmenter les chances pour ces petits propriétaires d’être indemnisés un jour. Pour toutes ces raisons, je vous conseille de voter oui à l’initiative 163 de la Coordination régionale pour un aéroport de Genève urbain, respectueux de la population et de l’environnement (CARPE), le 24 novembre 2019.

 

Jean-Daniel Viret, ancien conseiller administratif à Bellevue, membre de la commission consultative des nuisances de l’aéroport