CP - Face à la tragédie afghane, Genève doit montrer l’exemple

PDC_Logo_fr_CMYK.jpg

Genève, le 18 août 2021

 

Communiqué de presse

 

Face à la tragédie afghane, Genève doit montrer l’exemple

 

Le PDC Genève a déposé une motion au Grand Conseil demandant d’accueillir un contingent de réfugiés afghans ainsi que de permettre le regroupement familial pour les proches des ressortissants afghans vivant en Suisse.

 

Si la reprise du pouvoir par les talibans en Afghanistan était prévisible suite au retrait des troupes américaines et des autres membres de l’OTAN, la rapidité avec laquelle le gouvernement et les forces afghanes se sont effondrés était inattendue. Après vingt années de guerre et de présence occidentale dans le pays, c’est un dramatique retour à la case départ. L’idéologie mortifère des talibans n’a pas changé et tout indique que la violence et l’arbitraire vont s’amplifier, en particulier à l’égard des femmes et des filles, et de toutes celles et tous ceux qui ont travaillé avec les Occidentaux dans l’espoir, aujourd’hui brisé, de construire un Afghanistan démocratique.

 

Le 13 juillet 2021, depuis Genève, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés lançait une mise en garde sur une crise humanitaire imminente en Afghanistan, soulignant les souffrances humaines et les déplacements forcés parmi les civils : plus de 270'000 Afghans avaient été contraints de fuir leur foyer depuis janvier 2021, ce qui portait la population déracinée vivant principalement à l’intérieur du pays, en Inde et au Pakistan, à plus de 3,5 millions de personnes au total. Le chaos auquel nous assistons aujourd’hui ne peut qu’accentuer cet exode et aggraver les conditions sécuritaires déjà dramatiques des civils déplacés, confronté de surcroît à l’absence d’abris d’urgence, de nourritures, de soins, etc.

 

L’urgence commande d’agir, c’est pourquoi le PDC Genève demande à la Confédération d’accueillir un contingent de réfugiés afghans, en particulier des femmes et des filles, selon des quotas définis notamment avec l’UE, le Royaume-Uni, les États-Unis et le Canada et de permettre le regroupement familial pour les proches de ressortissants afghans vivant en Suisse au moyen de visas humanitaires. Bien entendu, Genève se doit de prendre en charge, en proportion de sa population et de ses moyens, les réfugiés afghans sur le territoire suisse. Par ailleurs, nous relevons avec satisfaction que le SEM a officiellement suspendu les renvois des demandeurs d’asile originaires d’Afghanistan.

 

En plus de la motion déposée au Grand Conseil, notre action se poursuivra au niveau fédéral par la voix de notre Conseiller national Vincent Maitre, lequel interviendra dans le sens d’un assouplissement des processus d’examen des conditions d’octroi de visas humanitaires, afin de garantir célérité et efficacité dans le traitement des dossiers. L’heure étant effectivement à l’urgence et non à la bureaucratie ou au formalisme excessif.

 

Nous souhaitons également rappeler que l'Afghanistan, et tout particulièrement le sort des femmes et des filles afghanes, a été un des grands combats de notre regrettée députée AnneMarie Von Arx-Vernon. Elle avait rencontré le Commandant Massoud, le Lion du Panshir, qui souhaitait donner aux filles afghanes l'accès à l'éducation. Massoud fut assassiné quelques temps plus tard par des terroristes d'Al-Qaïda. Au péril de sa vie, Anne-Marie avait mis sur pied et participé à une opération en Afghanistan d'exfiltration de jeunes filles opprimées et destinées au mariage forcé. Elle avait aussi participé activement aux activités de l'association Afghanistan Libre pour favoriser l'éducation des filles et l'émancipation des femmes en Afghanistan. Cette association avait été fondée par l'une de ses plus grandes amies, la diplomate, écrivaine et militante féministe afghane Chékéba Hachemi.

 

Cette dernière avait d’ailleurs récemment témoigné du sort des femmes et des filles en Afghanistan, un sort qui était déjà le plus difficile au monde et qui va encore empirer avec le retour au pouvoir des talibans. La Suisse est en mesure d’apporter son aide pour faire face à cette tragédie, il lui appartient de montrer la voie à la communauté internationale, conformément à sa tradition humanitaire.

 

 

Contacts :

 

Delphine Bachmann, présidente

 

Vincent Maitre, Conseiller national

 

Sébastien Desfayes, député

 

Vincent Gillet, secrétaire général