"Le réchauffement climatique en quelques questions." – Intervention de M. VIRET dans la TdG

newspaper-1712521_1280.png

Chers Bellevistes,


Votre comité a le plaisir de vous faire part de l'intervention de M. Jean-Daniel VIRET, ancien magistrat de la commune et candidat au conseil municipal pour la législature 2020-2025, dans un article paru aujourd'hui dans la Tribune de Genève.

 

Votre comité.

 

 

Article du 09-12-2019 :

 

Le réchauffement climatique en quelques questions.

 
 

 

Sur le réchauffement climatique : Le réchauffement climatique, mythe ou réalité ? La communauté scientifique et le GIEC sont unanimes à confirmer la réalité de celui-ci. Plus concrètement, les records de température moyenne battus d’années en années, les canicules plus fréquentes, plus longues et le recul des glaciers sont des preuves tangibles.

 

Le réchauffement est-il la conséquence de l’activité humaine ? Une évolution aussi rapide à l’échelle du globe est « artificielle » ; des changements « naturels » aussi importants s’étendraient sur des millénaires.

 

Doit on avoir peur du réchauffement climatique ? Quelques degrés de plus et alors ? Notre Terre est un Système, Système fragile dans lequel tout est interdépendant de tout. Une augmentation de température aussi rapide peut-elle être absorbée sans conséquences dramatiques sur l’équilibre de la biosphère et de l’humanité ? Personne ne le sait vraiment... Le principe de précaution devrait-il s’appliquer à cette situation ?

 

La population demande que le principe de précaution s’applique aux centrales nucléaires, à la pollution de l’air, aux lignes à haute tension et même à la 5G, pourquoi ne s’appliquerait-il pas au réchauffement climatique ?

 

Pourquoi avons-nous tant de difficulté à intégrer le principe de l’urgence climatique ? Parce que les changements climatiques se manifestent lentement et qu’à l’échelle d’une vie ils sont modestement perceptibles. L’homme n’anticipe valablement que des dangers concrets et imminents.

 

Pourquoi les conséquences du réchauffement climatiques vont-ils s’étendre sur des générations et des générations ? Ceci en raison de l’inertie du Système Terre, la restitution à l’état antérieur de notre biosphère prendra des siècles et sans aucune garantie concernant l’intégralité de cette restitution...

 

Devrait-on poursuivre les climatosceptiques, comme l’on poursuit les négationnistes ? Les négationnistes nient des évidences passées graves, les climatosceptiques eux nient « la chronique d’une histoire annoncée » dont l’impact délétère sur les générations futures sera probablement dramatique, quelle différence ?

 

Quelle est la responsabilité de nos hommes politiques ? Nos élus ne peuvent plus dire qu’ils ne savent pas, qu’ils ne sont pas informés et que ce n’est pas vrai. Leur responsabilité semble donc écrasante. C’est nos enfants qui les jugeront dans 10 à 20 ans. Ils diront peut-être..., « ils savaient et ils n’ont rien fait »... !

 

Quelle est notre responsabilité à chacun ? C’est d’abord de bien choisir nos élus, de militer pour des changements majeurs dans nos habitudes et à notre niveau, de changer nos priorités et notre mode de vie. Agir rapidement et massivement sur le présent pour préserver l’avenir des générations futures, voilà l’enjeu vital auquel nous sommes tous confrontés. Saurons nous tous saisir le témoin ?

 

 

 

Jean-Daniel Viret, ancien conseiller administratif à Bellevue