Votations du 29 novembre 2020 : une avancée à Genève pour les droits des personnes en situation de handicap et un résultat fédéral décevant sur l’initiative « Entreprises responsables »

PDC_Logo_fr_CMYK.jpg

 

Genève, le 29 novembre 2020

 

Communiqué de presse

 

Votations populaires du 29 novembre 2020 : une avancée à Genève pour les

droits des personnes en situation de handicap et un résultat fédéral décevant

sur l’initiative « Entreprises responsables »

 

Le PDC Genève a pris connaissance des résultats des votations cantonales et fédérales du jour. Malgré le rejet par les cantons de l’initiative « Entreprises responsables », il relève la forte mobilisation populaire tout au long de la campagne et le succès de cette initiative à Genève.

 

Objets cantonaux :

 

Loi constitutionnelle mettant en oeuvre l’article 29 de la Convention de l’ONU relative aux droits des personnes handicapées.

 

Le PDC Genève est extrêmement satisfait du plébiscite en faveur de l’égalité politique pour les personnes en situation de handicap ou âgées. Il était temps de remédier à une injustice et de se mettre en conformité avec le droit international. Cette campagne a permis de sensibiliser la population sur les discriminations subies par les personnes avec un handicap mental. Il s’agissait de leur rendre leurs droits politiques et leur dignité en reconnaissant leur contribution à la vie sociale et démocratique et en les considérant enfin comme des citoyens et citoyennes à part entière. Avec ce résultat, Genève est un canton pionnier en matière d’intégration des personnes en situation de handicap et nous espérons que le débat se poursuivra au niveau national.

 

Loi modifiant les limites de zones sur le territoire de la commune d’Avusy

 

Le PDC Genève prend acte du net rejet par la population genevoise de ce déclassement. Le sujet était clivant et a divisé à l’interne de nombreux partis et milieux concernés. Au-delà du résultat, la votation a permis de trancher la question sur un dossier qui dure depuis des dizaines d’années. Il faudra maintenant trouver des solutions pour continuer à recycler les déchets de chantier à Genève, cette activité demeurant essentielle pour le canton au vu des projets de construction actuels. D’une manière générale, le PDC Genève relève qu’il s’agit du troisième déclassement de suite rejeté par la population. Le message est clair, pour pouvoir avancer en matière d’aménagement du territoire, il faut changer la méthode et impliquer davantage la population et les communes concernées, les projets doivent partir de la base et non plus seulement du Canton.

 

Objets fédéraux :

 

Initiative « Entreprises responsables – pour protéger l’être humain et l’environnement »

 

Le PDC Genève s’est beaucoup engagé en faveur de l’initiative et est déçu par le résultat pourtant très serré en termes de votes. Si la majorité des cantons n’a pas pu être atteinte, le parti relève le succès populaire et la forte mobilisation durant la campagne, avec des résultats positifs en Suisse romande et dans les grandes villes, ainsi qu’à Genève avec près de 64% de OUI à l’initiative. Ce débat autour de la responsabilité des entreprises à mis en lumière des problématiques jusqu’alors largement ignorées. Désormais, il semble nécessaire d’aller vers une économie plus durable, respectueuse à la fois de l’être humain et de l’environnement. Ceux qui défendaient le contre-projet n’ont d’ailleurs pas remis en cause cet objectif et nous espérons vivement qu’il soit strictement appliqué dès son entrée en vigueur. Nous restons convaincus qu’un comportement exemplaire des entreprises suisses à l’étranger, avec un meilleur contrôle de la chaîne de production, permettra de renforcer la compétitivité de notre économie.

 

Initiative « Pour une interdiction du financement des producteurs de matériel de guerre »

 

Le PDC Genève se félicite du rejet de cette initiative. Même si l’objectif affiché apparaissait louable, les instruments proposés étaient trop extrêmes et une interdiction du financement en Suisse n’aurait pas permis de réduire les conflits dans le monde. En revanche, une acceptation de l’initiative aurait fragilisé notre industrie en touchant non seulement les grandes entreprises mais également les PME agissant comme fournisseurs. Par ailleurs, le seuil de 5% était arbitraire et concernait de nombreuses entreprises produisant des biens civils ou à double usage. Cette initiative aurait également eu un impact négatif sur le capital investi des caisses de pension et de l’AVS en réduisant la diversité des placements et en augmentant le risque.

 

 

 

 

 

Contacts :

 

Delphine Bachmann, présidente

 

 

Vincent Gillet, secrétaire général