Dépôt du second référendum sur la CPEG - Communiqué de presse

Faire signer référendums.gif

Genève, le 13 mars 2019

Communiqué de presse

 

Plus de 15'000 signatures récoltées en moins de trois mois pour une Caisse de prévoyance de l’État de Genève solide et équilibrée !

 

Le PLR et le PDC ont déposé ce matin 7130 signatures récoltées en faveur du référendum lancé contre l’initiative législative 168 du Cartel et de l’Asloca intitulée « Sauvegarder les rentes en créant du logement ». Il s’agit du second référendum déposé en un peu plus de deux mois par l’Entente afin de permettre au peuple de se prononcer sur la problématique de la recapitalisation de la CPEG.

 

A quelques semaines de la votation populaire du 19 mai, date à laquelle la population genevoise devra notamment se prononcer sur deux projets contradictoires de recapitalisation de la Caisse de pension des employés de l’État de Genève (CPEG), l’Entente se réjouit d’avoir à nouveau pu récolter plus de 7000 signatures (5227 signatures sont requises pour l’aboutissement du référendum).

 

Le succès de cette récolte témoigne de la préoccupation des Genevoises et Genevois pour un projet absolument fondamental : plusieurs milliards de francs sont en jeu et la pérennité des retraites des employés de la fonction publique dépendra du scénario de recapitalisation choisi.

 

Concrètement, quatre ans après une recapitalisation partielle de la CPEG, l’initiative 168 attaquée par le second référendum de l’Entente, prévoit un refinancement de 6.2 milliards de francs sans aucune réforme structurelle. La probabilité d’une troisième recapitalisation dans les années à venir ne peut donc être écartée.

 

Dans ce contexte, il est donc essentiel que le peuple puisse se prononcer et déterminer s’il souhaite privilégier une recapitalisation simple, sans aucune réforme, ou s’il souhaite privilégier une recapitalisation accompagnée de réformes structurelles permettant d’assurer une santé financière pérenne à la CPEG.

 

Pour que la population cesse de passer à la caisse par le biais de hausses d’impôts ou de baisses de prestations, et pour que la capacité de versement des pensions soit garantie dans le temps, l’Entente s’engage pour un régime de retraite équitable et sans privilège.